Hassan Massoudy

Hassan Massoudy est né dans une ville du sud de l’Irak, entourée par le désert et dont les monuments sont couverts d’écriture. Le dynamisme des grandes villes l’attire : aussi, en 1961, il part pour Bagdad comme apprenti calligraphe, et là, visite des expositions d’art moderne qui l’émerveillent. En 1969, nouveau départ, il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. C’est un océan d’images et il n’a qu’à traverser la Seine pour aller au Louvre. Puis en 1972, il commence à faire des démonstrations publiques de calligraphie projetée sur grand écran, à la recherche de la spontanéité des gestes et de l’instantanéité de l’expression.

C’est dans ces espaces, en calligraphiant la poésie, que convergent le verbe et le tracé calligraphique et que les signes naissants rendent visibles les images poétiques. Il expose régulièrement depuis 1980 et publie des livres.

On peut découvrir les calligraphies d’Hassan dans une quinzaine de livres dont : Hassan Massoudy, Le Chemin d’un Calligraphe, texte J.P. Sicre - ABCdaire de la calligraphie arabe - Le Jardin perdu, texte d’Andrée Chedid - Le Voyage des oiseaux, texte de Attar - Calligraphie du désert - Les quatrains de Rûmî - Le passant d’Orphalèse, texte de K. Gibran - Calligraphies d’amour, poèmes d’amour en terre d’islam - L’harmonie parfaite, textes d’Ibn Arabi.